Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Tribunes

> AGIR ENSEMBLE POUR MONTIVILLIERS

Pour nous contacter : agirensemblepourmontivilliers@gmail.com ou 06 01 31 40 84
Les élus de l’Opposition : Jérôme DUBOST – Martine LESAUVAGE – Gilles BELLIERE - Nada AFIOUNI – Fabienne MALANDAIN – Damien GUILLARD

Madame, Monsieur,
Cher(e)s habitant(e)s de Montivilliers,

Opération communication tous azimuts Avez-vous senti le petit parfum d’agitation et ce regain d’activisme qui semblent entourer le Maire de notre ville depuis quelques semaines ? Cette fièvre soudaine serait-elle le signe avant-coureur des élections municipales de 2020 ? Certes, celui qui fut longtemps Maire de Mannevillette est habitué à faire de la politique à l’ancienne, mais les Montivillons ne sont pas dupes des manoeuvres. Depuis cinq années, les habitant(e)s sont écarté(e)s de toutes les décisions, leur avis n’a pas été sollicité, les consultations inexistantes, les réunions publiques supprimées, les comités de concertation et les espaces de démocratie participative jetés aux oubliettes. Pour cette dernière année de mandat, la droite locale vous promet d’aller à la rencontre des habitant(e)s pour recueillir leur avis … un peu gros, non ? Vous tenez entre vos mains la nouvelle version du magazine de la ville, nous la découvrirons comme vous et pourrons alors juger sur pièce. Nous avions interrogé la pertinence de modifier ce support à un an des municipales. Toujours à propos de communication, nous voulions témoigner de la qualité de la vidéo diffusée lors des voeux et que nous pouvons voir sur les réseaux sociaux. Il s’agit là d’un joli clip dynamique et mettant en valeur notre ville, nous disons bravo pour sa réalisation !

Confiscation des débats par le Maire
C’est devenu tristement habituel, presque banal malheureusement. Depuis 2014, c’est en catimini que se décident les affaires communales. Privés des informations utiles aux débats, nous déplorons d’être mis de côté. Deux exemples récents pour illustrer la méthode. Nous découvrons dans la presse locale que le magasin Alinéa va s’installer sur le plateau d’Epaville. Nous aurions pourtant eu des questions à poser sur les conditions environnementales, sur le nombre et la qualité des emplois proposés, sur la stratégie commerciale dans la nouvelle communauté urbaine « Le Havre Seine Métropole » (ex-Codah). C’est toujours dans la presse que nous apprenons la commande d’une étude à l’Agence d’Urbanisme de la Région Havraise. Nous remarquons que le Maire attend donc janvier 2019 pour lancer cette étude globale d’aménagement de la ville de Montivilliers, afin d’apporter une cohérence à ses différents projets urbains sur la période 2018-2028. Ce que nous déplorons, c’est le caractère tardif, décalé et somme toute coûteux du recours à cette étude, à ce moment précis de la mandature. Le coût global de ces études avoisinera les 50 000 euros et ce sont les Montivillons qui les paieront avec leurs impôts. Chacun devrait pouvoir y accéder. Au conseil municipal, nous avons dit au Maire qu’il n’avait pas eu besoin de nous pour commander de telles études et donc qu’il n’avait pas besoin de nous pour voter et faire payer les contribuables Montivillons. Nous avons donc refusé de prendre part à ce vote.

Motion de soutien aux personnels soignants
Les personnels soignants (infirmières, infirmiers, aides-soignants, agents de service hospitalier) du service des urgences de l’hôpital Jacques Monod dénoncent les conditions d’exercice de leurs missions. Faute de moyens suffisants, les personnels sont surmenés. Épuisés, les personnels soignants se plaignent de devoir assumer de plus en plus de responsabilités. Ils ont le sentiment de ne pas être écoutés. Les agents déplorent d’avoir moins de temps à passer qu’auparavant avec au pied du lit les patients. Ils font le constat amer que leur travail perd de son sens au fil des années. Le service des urgences doit bénéficier des moyens nécessaires à la bonne prise en charge des patients. Notre motion adoptée à l’unanimité a conduit le Conseil municipal de Montivilliers à alerter Madame la Directrice de l’ARS et Madame la Ministre des Solidarités et de la Santé pour apporter des réponses adéquates dans l’intérêt de tous, patients et personnels soignants.

Disparition du CMP de Montivilliers
L’antenne du centre médico-psychologique (CMP) Charcot, installée à Montivilliers depuis 1973, n’existe plus. Les familles de Montivilliers et des alentours doivent désormais se rendre sur le site du Havre pour le suivi médico-psychologique de leur enfant, de la naissance jusqu’à 16 ans. Lors du conseil municipal de juin 2018, nous avions pourtant débattu avec une motion pour le maintien du CMP au sein de la Maison de l’Enfance et de la Famille en indiquant que le risque était de décourager les familles montivillonnes de se rendre sur Le Havre, certaines d’entre elles ayant parfois des difficultés pour se déplacer tandis que d’autres doivent faire concilier les rendez-vous auprès des spécialistes avec la scolarité de leur enfant et leur travail.
Nous avons demandé au Maire de réclamer des éclaircissements à la direction de l’hôpital car des permanences devaient être maintenues sur le site de Monod. Or, ce n’est plus d’actualité. Si cette orientation vers Le Havre était définitive, quelles modalités de transport pourraient être prévues pour les enfants et leurs familles ? Sur ce point, c’est le vice-président de la CODAH en charge des transports, autre casquette que porte le Maire de Montivilliers, que nous avons interpellé.

Débattre pour décider ensemble
Alors que le débat est une demande forte de nos concitoyens, Montivilliers, deuxième ville de l’agglomération havraise, doit être au rendez-vous du dialogue permanent et de l’indispensable échange entre tous pour favoriser la co-élaboration de l’action publique.
Lors de ses voeux aux Montivillons, Jérôme DUBOST, Conseiller Départemental de Seine-Maritime et élu de Montivilliers, était entouré des collègues de l’opposition pour rappeler la force de l’engagement local en direction des Montivillons et pour défendre l’idée qu’être élu, c’est « servir et non se servir ».
Comment imaginer faire vivre, ici et maintenant, les valeurs de solidarité, de justice sociale, de défense de l’environnement, de respect, de tolérance, de laïcité ? Comment imaginer lutter contre le mépris, la haine et l’exclusion, si le débat n’existe pas à l’échelle locale ? Nous voulons contribuer à cet échange direct entre les citoyens et tous les acteurs de la vie locale.

Au plaisir de vous retrouver dans Montivilliers.

 

> MONTIVILLIERS BLEU MARINE

Gilles Lebreton
Facebook.com/gilleslebreton.fn

Montivilliers dans la tourmente sociale et dans la crise existentielle !
L’ordre du jour du Conseil municipal du 28 janvier n’avait aucun intérêt : 10 délibérations seulement, dont aucune sur un sujet important. On commence déjà à voir à quel point notre ville disparaît dans la nouvelle Communauté urbaine ! Et comme si ça ne suffisait pas, notre Maire renonce au peu d’autonomie qui nous reste : j’ai été le seul à voter contre sa décision d’adhérer à un groupement de commandes (dominé par la Communauté urbaine) pour les marchés d’assurances !
J’ai en revanche voté avec l’ensemble du Conseil une motion de soutien aux personnels en grève du service des urgences de l’hôpital Monod. Car tout doit être tenté pour les aider à obtenir les 16 postes qui leur manquent pour assurer le fonctionnement normal de leur service. Merci à eux d’être venus nous alerter, c’est la santé de tous les habitants de notre agglomération qui est menacée !

 

> PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

Aurélien LECACHEUR
Conseiller municipal
aurelien.lecacheur.mtv@gmail.com
facebook.com/lecacheur76290

Avec son « débat national », le Président Macron veut faire les questions et les réponses. Mais ce qui est dans la majorité des têtes, c’est l’injustice que représente pour les classes populaires et moyennes le fait de travailler, parfois à deux, et de ne pas pouvoir s’en sortir.
Il est urgent d’augmenter salaires et retraites, d’agir pour la justice fiscale en rétablissant l’ISF, en plaçant sous contrôle des citoyens les aides publiques aux entreprises, pour que ce soient nos PME et nos TPE qui en bénéficient, et pas les multinationales qui n’en ont pas besoin. Ici, à Montivilliers, ça commence à causer des élections municipales. Je voudrai vous faire partager une conviction.
L’avenir ne sera pas synonyme d’un retour au passé, ni de la continuité d’une droite sans ambition ni projet. Une autre voie est à dessiner face à ces deux nuances de macronisme. Une voie réellement nouvelle, un projet d’avenir. Vous pouvez compter sur ma détermination d’homme de  gauche pour rassembler sur cet objectif.

En un clic, retrouvez :